Bookmark and Share

Environnement et milieu de travail
– L'aluminium

L'aluminium existe dans la nature, il a des applications industrielles et il est présent dans des additifs alimentaires, des vaccins et des produits pharmaceutiques ainsi que dans l'eau potable. Le Canada doit faire des études sur les risques associés à une exposition à l'aluminium, sauf dans le cas des applications industrielles, afin d'adopter des règlements sur les limites sanitaires.

L'aluminium est un élément naturel qui représente environ 8 % de la croûte terrestre. L'aluminium a plusieurs applications commerciales importantes, notamment comme agent de purification dans les usines de traitement d'eau; il est également utilisé dans le domaine des transports et de la construction (aluminium métallique et alliages d'aluminium) et il entre dans la composition d'additifs alimentaires (oxyde) et de produits pharmaceutiques (hydroxyde). Pour la plupart d'entre nous, les principales sources d'aluminium sont les aliments que nous consommons et l'eau que nous buvons. Une consommation excessive d'antiacides et d'aspirines tamponnées en vente libre, qui contiennent de l'aluminium, peut accroître le niveau d'exposition. Certaines personnes, dont les employés des installations de production d'aluminium et les soudeurs, se trouvent à inhaler des particules d'aluminium en milieu de travail, ce qui les expose à un niveau d'exposition professionnelle considérable. L'aluminium a été associée à plusieurs effets nuisibles sur la santé humaine, dont des effets potentiels sur le système de reproduction, les nerfs et les os. Un des effets neurologiques possibles est la maladie d'Alzheimer, qui fait continuellement l'objet d'études scientifiques et de reportages médiatiques. Les études n'ont pas démontré de relation de cause à effet évidente entre la consommation d'aliments cuits dans des pots en aluminium et la maladie d'Alzheimer. Quoi qu'il en soit, les effets nocifs sur la santé sont particulièrement préoccupants pour les personnes qui ont des insuffisances rénales, surtout parce que les reins filtrent l'aluminium et l'éliminent de l'organisme.

En 2007, un groupe international d'experts a indiqué dans un examen par les pairs qu'il fallait faire d'autres recherches sur les effets des expositions à l'aluminium sur la santé afin d'appuyer l'élaboration de normes réglementaires.

 

Voir le résumé complet

Collaborateurs : Nicole Boom

Dernière mise à jour :  le 2 juin, 2010

 


Accueil             Liens              Carte du site                Contactez-nous
© Centre McLaughlin d'évaluation du risque pour la santé des populations